Programme

> Horaires du colloque <

> Résumés <

Colloque international

5, 6 et 7 novembre 2014 à Madrid

organisé par Anne‐Marie Reboul et Esther Sánchez‐Pardo

Avec le soutien des départements de Philologie Française et de Philologie Anglaise I et II de la Faculté de Philologie de l’Université Complutense de Madrid, ainsi que de l’Institut Français d’Espagne à Madrid.

Marguerite Duras, écrivaine française de notoriété internationale, peut sans doute être considérée comme un classique moderne. Sa carrière prolifique comme auteure, scénariste et réalisatrice traverse la deuxième moitié du XXe siècle, depuis ses premiers romans des années 50 jusqu’aux textes les plus innovateurs des années 60 et 80. L’influence de son œuvre sur d’autres artistes et d’autres traditions littéraires ou cinématographiques, ainsi que son exploration de l’image et du son, dans un engagement radical, lui accordent aujourd’hui une place éminente dans le panorama littéraire du XXIe siècle.

C’est dans la volonté de revisiter cette œuvre considérable que nous nous proposons d’organiser à Madrid ce Colloque international où nous examinerons la relation de Duras avec le public et la critique ‐enfin dégagée de la polémique qui a accompagné la réception de ses œuvres‐, et nous tenterons d‘élucider sa signification profonde dans le cadre de la Culture Française, mais aussi dans celui de la Francophonie et du monde dans son ensemble (nous ne pouvons oublier que son œuvre parvient à de nombreux lecteurs en traduction). Pour ce faire, nous reviendrons sur quelques‐uns des aspects les plus significatifs de sa trajectoire: le rôle qu’elle a joué comme force inspiratrice de sa génération ‐malgré son relatif isolement‐, son infatigable recherche de nouvelles voies créatrices pour l’expression de la liberté, sans aucune censure, son exploration de la passion, de l’amour, la sexualité, son engagement formel et idéologique contre toute vision totalitaire, et son profil polémique pour les médias. Également célébrée par les féministes françaises qui ont voulu voir en elle une figure significative de l’écriture féminine, Duras nous apparaît comme une auteure canonique, sans avoir perdu, toutefois, cette dimension d’artiste et de penseur profondément transgresseur.

Quelques axes de réflexion et de recherche :

Duras comme romancière, dramaturge et réalisatrice de films
Duras et le Nouveau Roman français dans la France de l’après‐guerre
Duras, passion et transgression
L’écriture expérimentale de Duras
Les limites de la narration durassienne dans la fiction et le cinéma
Duras et la Nouvelle Vague, Duras et Alain Resnais, Duras et la théorie filmique
Duras et la représentation historique, le colonialisme, la politique, l’image de l’Autre
Les styles de Duras : intertextualité, visualité et/ou polyphonie
Duras et le silence
Autobiographie et autofiction dans l’œuvre de Duras
Duras : la scène de première vue et la scène primitive
Duras et le minimalisme
Duras et le souvenir, extase et soulèvement
Duras et la culture de la popularité dans la France des années 70
Duras comme figure de culte
L’héritage de Duras aujourd’hui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s